• Maître Jigoro Kano
    Né le 18 octobre 1860 à Mikage, non loin de Hyogo, il est le troisième fils de la famille de "Jirosaku Mareshiba Kano". A l'adolescence il ne mesure que 1,50 m pour un poids de 48 kg, ce qui lui vaut d'être toujours battu lors d'altercation entre étudiants. Blessé dans son amour propre, il décide d'étudier le Ju-Jitsu. En 1877 il entre dans sa première école qui est celle du professeur "Hachi-nosuke Fukuda" ou il suit l'enseignement Tenjin-Shinyo-Ryu. Le professeur Fukuda déjà très agé meurt deux ans après en lui laissant ses livres de techniques.
  • Le Ju-Jitsu
    Jigoro Kano ne voulant pas arrêter le Ju-Jitsu, entre dans une deuxième école ou il devient l'élève du professeur "Iso" qui enseignait des techniques dérivées de l'enseignement "Tenjin-Hingo". L'élève Kano s'entraîna tout en poursuivant ses études et arriva à la place de vice-directeur de l'école. Mais le professeur "Iso" mourut et Jigoro Kano se retrouva de nouveau sans professeur. Il continua d'étudier, mais comme rien ne remplace un bon professeur, il rencontra le maitre "Likubo" qui lui enseigna les techniques de l'école de Kito basé sur le combat en armure. Peu à peu, en réfléchissant aux divers enseignements qu'il avait reçu, il voulut créer sa propre méthode basée sur le ju-jitsu, tout en alliant éducation physique et formation du caractère. En 1882, il s'installa dans un petit temple ou il créa le premier dojo (salle où l'on étudie la voie) alors qu'il est agé de 22 ans et qu'il étudie toujours chez son maitre "Likubo". Patiemment il fit la synthèse des meilleures techniques, gardant les meilleures, éliminant les plus dangeureuses et inventant quelques autres, notament des techniques de projections et de chutes.
  • Le kimono
    Il créa un vêtement spécial pour l'entraînement "le Judogi" surnommé de nos jour, "le Kimono".
  • Le Judo
    Jigoro Kano se dit, puisque cette discipline est différente du ju-jitsu et qu'elle est basée sur une meilleure utilisation de l'énergie, elle doit porter un nouveau nom, c'est ainsi qu'il décida de l'appeler "JUDO" littéralement "voie de la souplesse"... Il mourut en 1938, laissant ses disciples continuer son œuvre ...